Skip to content

L’urban mining : la ville comme source de métaux précieux

Pouvez-vous vous imaginer une vie sans électronique ou technologie ? Et si tout à coup vous n’aviez plus d’ordinateur ou de téléphone ? Ou plus de machine à café ? Ce scénario ne nous viendrait même pas à l’esprit. Et pourtant nous devons nous préparer à ce que les ressources naturelles qui alimentent notre style de vie ‘électrique’ soient épuisée un jour. La source n’est pas inépuisable. Mais alors : comment ferons-nous ?

Est-ce que l’urban mining ou l’exploitation minière urbaine peut garantir l’utilisation des appareils électriques à l’avenir ? Découvrez-le dans cet article.

Des métaux précieux se cachent dans nos déchets

Un adepte de l’économie circulaire regarde un tas de déchets et voit un tas de matières premières. C’est déjà un grand pas en avant en comparaison avec quelques générations en arrière, quand les déchets n’étaient que des déchets, et que les matières premières précieuses ne provenaient que de l’extraction minière. Mais entre-temps le monde a beaucoup changé et nous savons que la mise au rebut ne signifie pas nécessairement la fin. Dans les appareils usés et les piles et batteries usagées se cachent des métaux précieux qui attendent l’extraction.

Il faut deux éléments pour atteindre ces matières premières :

  1. des processus de recyclage ingénieux et
  2. des efforts de tri de l’ensemble de la société.

Grâce aux éléments ci-dessus, nous pourrons bénéficier des matières premières récupérées par le biais de l’urban mining.

Qu’est-ce que l’urban mining ?

Littéralement ‘urban mining’ signifie ‘exploitation minière urbaine’. Nos déchets urbains constituent une source riche de matières premières que nous pouvons récupérer via le recyclage.

En d’autres mots : les métaux précieux dans les piles et batteries usagées et les appareils mis au rebut ne peuvent pas être récupérés à l’aide d’une pioche, mais bien à l’aide de processus de recyclage de pointe. Les experts en recyclage extraient des matières premières telles que le nickel, le plomb, le fer, le cuivre et le lithium des piles et batteries usagées, afin de pouvoir les réutiliser dans de nouvelles piles et batteries et autres applications (allant des montures de lunettes aux brouettes).

Nous ne dépendons plus complètement de l’extraction de mines naturelles. Et c’est aussi bien, car le progrès technologique va très vite. Les marchés en forte croissance tels que celui des véhicules électriques, de la robotique et de la domotique font logiquement grimper en flèche la demande de matières premières. Mais les méthodes classiques d’exploitation ne sont plus idéales depuis bien longtemps, et il est donc préférable de passer le plus possible à l’urban mining.

La base pour la réussite de cette nouvelle forme d’exploitation existe en tout cas. Il y a suffisamment de matières premières en circulation afin de toujours être moins dépendant de l'exploitation minière classique (moyennant les bons efforts de recyclage).

« Il est important que nous préservions les ressources, et que nous passions le plus possible à l’urban mining. »

picture-hd-160690267116637836765fc7638f4b397

Que pouvez-vous faire ?

Afin de donner à l'urban mining la meilleure chance de réussir, nous devons tous faire notre part. La ‘mine urbaine’ doit être remplie de nos déchets triés.

Voici ce que vous pouvez faire:

  • Ne jetez pas vos appareils usagés tout simplement dans votre poubelle, mais apportez-les à un point de collecte de Recupel. En effet, il y a encore beaucoup à recycler dans les vieux appareils électriques. Conseil : retirez d'abord les piles et batteries.
  • Rapportez toutes vos piles et batteries usagées à un point de collecte Bebat. Nous les amenons dans des entreprises de recyclage agréées, qui exploitent à leur tour les matières premières précieuses pour les réutiliser.

En Belgique, il y a entre-temps plus de 23 000 points de collecte Bebat pour les piles et batteries ordinaires. Vous les trouvez dans des magasins, des entreprises, des écoles et des parcs de recyclage. Pour les plus grandes batteries, par exemple pour le stockage d’énergie ou dans un véhicule électrique, Bebat se charge de la collecte, du transport et du traitement, sur la base d’un contrat individuel.

Si nous faisons tous ce petit effort, nous sommes sur la voie d'un avenir prometteur !

Commencez immédiatement avec la collecte de vos piles et batteries usagées. Trouvez le point de collecte Bebat le plus proche


À la recherche d'un point de collecte près chez vous ?

Trouvez-en un près de chez vous.


Trouvez un point de collecte  

Peut-être que vous trouverez ceci aussi intéressant

Comment la Belgique, championne de la collecte, s'en est-elle sortie en 2018 ?

08 May 2019

Selon le Rapport annuel 2018 de Bebat, les Belges sont restés fidèles à leur réputation de champions de la collecte de piles et batteries. Voici quelques faits et chiffres

Votre entreprise respecte-t-elle la législation belge en matière de piles et batteries pour 2020 ?

02 December 2019

Les entreprises qui importent et/ou vendent des engins de micro-mobilité électrique sur le marché belge sont tenues de reprendre les piles et batteries usagées de leurs clients particuliers. Vérifiez si vous êtes en règle pour 2020.

Déclaration de piles et batteries : les erreurs les plus fréquentes – et comment s’améliorer

06 June 2019

En tant que participant Bebat, vous devez faire une déclaration du nombre de piles et batteries que vous avez mises sur le marché en Belgique. Quelles sont les erreurs les plus courantes et comment les éviter ?